Angelina : la coupe mont blanc

Published on by Robert Greene

Angelina : la coupe mont blanc

~~Cela fait presque 8 mois que mon amie et moi parlons d'aller chez Angelina, sans doute le salon de thé le plus renommé de Paris, c'est-à-dire celui pour lequel les touristes sont prêts à passer un bon moment devant les portes afin de goûter l'une des jolies pâtisseries ou l'un des produits phares, à savoir le chocolat chaud à l'ancienne Africain et le mont blanc. Tout le monde raffole de ce salon de thé à tel point que mon amie et moi avions trop hâte d'y aller nous-même. Nous avons enfin fixé un rendez-vous chez Angelina au jardin du Luxembourg pour samedi le 17 mai.

Il faisait hyper beau ce jour-là. Alors que le parc a été bondé de monde, Angelina a été presque vide. Quelle chance - pas besoin de faire la queue pendant des heures! L'endroit est assez magique; des meubles opulents à l'ancienne, une jolie terrasse donnant sur le jardin, des serveurs en tenue blanche et noire. Par ailleurs, le service est impeccable. Les serveurs sont tellement attentifs au client de sorte que l'on se sent choyé. À titre d'exemple, la serveuse a enlevé un poil qui trainait sur mon menu (lequel je n'avais même pas perçu!). Vu le qu'il faisait un temps splenide, j'ai opté pour un coup de fraicheur sous la forme d'une glace, ou plus précisémment, la coupe mont blanc. Mes amies ont pris des pâtisseries: un mont blanc et une tarte aux fromboises.

La tarte aux framboises

La tarte aux framboises

La coupe mont blanc s'agit d'un mont blanc version glace. Elle se compose de deux boules de glace marron, d'une boule de glace vanille, de petites meringues, de brisures de marrons confits et de la chantilly. Moi, j'ai commandé une coupe mont blanc sans chantilly croyant qu'elle serait suffissement gourmande. Quelle sagesse de ma part!

La coupe mont blanc

La coupe mont blanc

Au niveau visuel, j'ai été un peu décu. Le récipient dans lequel la glace a été servie a été loin d'être élégant, c'etait une espèce de récipient métal. Je m'attendais à quelque chose beaucoup plus décoratif compte tenu le décor somptueux de la salle. Néanmoins, le dessert a été un triomphe au niveau du goût. Les petites meringues ainsi que les marrons confits ont été sucrés et croquants alors que les boules de glace ont été tellement crémeuses. J'ai surtout apprecié celle aux marrons qui a été très parfumée. En réflechissant, je suis content de ne pas avoir commandé de la chantilly, sinon, j'aurais eu du mal à finir!

L'intérieur de la boutique

L'intérieur de la boutique

Il faisait si chaud que je n'ai pas pris un chocolat chaud. Cependant, mes amies en ont commandé un donc j'ai eu l'occasion de le goûter quand même. Franchement, je l'ai trouvé beaucoup trop riche. On dirait de la crème au chocolat! En effet, il m'a fait penser à une ganache au chocolat que je fais souvent pour napper des gâteaux au chocolat. Encore que trois, nous n'avons même pas réussi à le finir, ce qui est assez révélateur je trouve. Nous étions tous d'accord - il a été trop écoeurant. En plus, il a été servi avec de la crème chantilly. Irréfutablement, c'est de la gloutonnerie pure!

Angelina, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris

Angelina, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris

À 14€ la coupe mont blanc et 7,90€ le chocolat chaud, il va sans dire que les prix sont élevés. Cela dit, on ne paie que la nourrriture, on paie aussi l'expérience; la situation, le service, le décor. Chez Angleina, on peut s'imaginer vivre comme vivaient les rois ou les reines dans le temps. C'est une expérience plutôt féerique.

L'histoire d'Angelina

Créé en 1903 par le confiseur austrichien Antoine Rumpelmayer à l'honneur de sa belle-fille, Angelina s'est fait rapidemenet connaitre comme le salon de thé de luxe à Paris. Représentatif de "l'art de vivre à la française", Angelina a acceuilli de nombreux membres de l'aristocratie françise au fils des ans, y compris Prouste et Coco Chanel. C'est l'architecte Edouard-Jean Niermans qui a été responsable pour la décoration intérieure de la première boutique. Alors que cette dernière se trouve aux Tuileries, il en existe plusieurs à Paris aujourd'hui, comme celle dans rue du Bac et celle aux Galeries Lafayette Haussmann. Le menu est retravaillé deux fois par an et le chef pâtissier actuel est Sébastien Bauer.

Sébastien Bauer

Sébastien Bauer

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post