Le baba au rhum

Published on by Robert Greene

~~Cette semaine j’ai relevé le défi suprême: déguster le baba au rhum. Pour ceux qui ont lu mes blogs précédents, vous savez d’ores et déjà que le rhum ne me plait pas. Cependant, vous savez également que j’ai été agréablement surpris par la polonaise. Quoique la brioche de cette dernière ait été imbibée du rhum, je l’ai aimée néanmoins. Certes, le goût de rhum n'a pas été très fort car il a été très bien contrebalancé par le coté sucré de la meringue et des fruits confits. Cependant, c’est grâce à cette dégustation réussie que j’ai enfin osé goûter le baba au rhum.

Au niveau esthétique, c’est le baba au rhum le plus intéressant que j’aie jamais vu. Bien entendu, il s’agit d’un baba au rhum revisité (au niveau visuel). Dans un premier temps, le gâteau n’a pas été recouvert de la crème chantilly. Dans un deuxième temps, une pipette remplie de rhum a été insérée au milieu du gâteau, ce qui a apporté un côté ludique au baba.

Le baba au rhum
Le baba au rhum

Concernant la dégustation, les surprises ont poursuivi. D’abord, considérons la pâte à baba. Imbibée du rhum, cette dernière a été tellement moelleuse. En fait, c’est la pâtisserie la plus moelleuse que j’ai mangée jusqu’ici. Moi, je préfère les aliments moelleux aux aliments croustillants, du coup, ce côté hyper moelleux m’a beaucoup plu. Toutefois, j’imagine que cela pourrait gêner ceux qui aiment que les aliments soient un peu croustillants et pas trop moelleux (je pense notamment à l’un de mes colocataires !). En plus, le gâteau baignait dans une crème semi-liquide à la vanille. En tant que grand amateur de vanille, j’ai adoré cette dernière. Par ailleurs, elle a apporté une note de sucre au gâteau afin d’équilibrer le goût de rhum qui n’était ni trop fort ni désagréable ! C’est là que l’ingéniosité de la pipette se présente. Non seulement un outil ludique, cette « seringue culinaire » a une vraie fonctionnalité : elle permet à chacun de doser le rhum selon sa préférence. Au début, j’ai été un peu hésitant, je n’ai ajouté que quelques gouttes. Mais plus j’ai mangé, plus j’ai apprécié le goût de rhum ! En fait, j’ai presque vidé la pipette !

Le baba au rhumLe baba au rhumLe baba au rhum

~~Pour conclure, le baba au rhum a été une jolie surprise à la fois au niveau visuel et au niveau gustatif. Je lui donne 4,5 sur 5.

Pain de sucre, 14 Rue Rambuteau, 75003 Paris, France
Pain de sucre, 14 Rue Rambuteau, 75003 Paris, FrancePain de sucre, 14 Rue Rambuteau, 75003 Paris, France

Pain de sucre, 14 Rue Rambuteau, 75003 Paris, France

Prix : 6 €

Notation : 4,5/5

Pâtisserie : Pain de sucre, 14 Rue Rambuteau, 75003 Paris, France

L’histoire du baba

Appelé aussi le savarin, le baba est un gâteau imbibé de l’alcool (plus souvent du rhum). La forme originale du gâteau se ressemblait à celle du babka, c’est-à-dire longue et cylindrique. Le terme babka (dont baba est déduit) signifie « veille femme » ou « grand-mère » en langues slaves.

Le baba au rhum, tel qu’il est connu aujourd’hui, aurait été inventé en 1835 à Paris. Cependant, c’est le roi polonais en exil, Stanisław Leszczyński, qui a emmené le premier baba en France (en Alsace et en Lorraine). Le roi trouvait que son gâteau était top sec donc il a ajouté de vin de Malaga. Certaines personnes prétendent que c’est Nicolas Stroher, l’un des pâtissiers du roi, qui a pensé à l’idée d’ajouter de l’alcool (et de la crème pâtisserie) pour éviter de sécher le gâteau.

En 1725, Stroher s’est installé à Versailles en tant que le pâtissier de la fille de l’ancien roi, Marie Leszczyńska, quant elle a épousé Louis XV. Cinq ans plus tard, il a ouvert sa propre pâtisserie à Paris, à savoir la plus ancienne pâtisserie parisienne. Elle se trouve toujours dans rue Montorgueil.

Le savarin a été inventé en 1844 par les frères Julien, un gâteau qui se ressemble au baba au rhum mais qui est imbibé d'un autre alcool et qui a une forme circulaire plutôt que cylindrique.

Aujourd'hui, le savarin désigne aussi un baba au rhum de forme circulaire. Le baba au rhum a été exporté au fils des ans. Il a été emmené à Naples par des pâtissiers français sous le nom de babà ou babbà. Il est également arrivé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle.

Stohrer, 51 Rue Montorgueil, 75002 Paris, France

Stohrer, 51 Rue Montorgueil, 75002 Paris, France

Comment on this post