Le mille-feuille

Published on

Le mille-feuille

~~Cette semaine c'est la petite madeleine. Mais pas celle de Pierre Hermé, c'est plutôt celle de Marcel Proust. À l’instar de la madeleine de Proust (décrite dans son roman « À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann »,1913), la pâtisserie de cette semaine a évoqué un éventail de jolis souvernirs de mon enfance, . Quel est le délice dont je parle? Le fleuron de la patisserie française: le mille-feuille.

Le mille-feuille était toujours l'une de mes pâtisseries préférées quand j'étais petit. À la fois sucré et gourmand, je raffolais de ce dernier, surtout celui à la vanille. En Irlande, le mille-feuille est connu sous le nom de " vanille slice" ou "coffee slice", en fonction du parfum. Quoique rarement artisanal, le mille-feuille fait un tabac chez nous quand même . Quand j'étais jeune Papa nous régalait parfois de petits gâteaux de la boulangerie le week-end. Moi, je regardais la petite boîte sur la table avec des yeux fixes, espérant qu'elle cachait un petit mille-feuille à l'intérieur. Rien que d'y songer me fait saliver! De même, quand je rendais visite à ma grand-mère à la compagne on se goinfrait d'un mille-feuille somptueux suite à une journée pénible de courses en ville (la ville en question: Sligo). Un "vanilla slice" : quelle recompense! On pourrait dire que j'avais un engouement du mille-feuille à la vanille (mais pas de celui au café dont je ne supportais pas du tout le goût amer!)

La belle ville de Sligo

La belle ville de Sligo

La pâtisserie où j'ai procuré mon mille-feuille est celle de Cyril Lignac. Je connais celui-ci grâce à son rôle en tant que juge pour le concours du Meuilleur Pâtisser 2013, diffusé sur M6. Je me suis pris d'affection pour Lyniac sur-le-champs, charmé surtout par son accent rigolo ainsi que son côté ludique, voir puéril. Il m'a fait rire souvent, notamment quand il draguait la pauvre Mercotte (son homologue). En rentrant de la boutique de Lignac, je me suis trouvé en face d'une petite gamme de produits appétissants; des viennoiseries bien dorées, des petits pains divers (y compris un pain aux figues et au chocolat blanc!), et bien entendu, des pâtisseries éblouissantes. Alors que le baba-rhum et le flan ont été très séduisants, c'était le mille-feuille à la vanille bourbon qui m'a interpellé tout de suite.

Le mille-feuille
Le mille-feuille

D'un point de vue visuel, le mille-feuille a été irréprochable. J'ai surtout apprécié l'apparence ondulée de la crèmechantilly ainisi que le fin bâton de chocolat noir qui ont apporté une certaine élégance et délicasse au mille-feuille. De plus, on voyait bien les petites graines noires dans la crème au milieu (qui ont été extraites de la gousse de vanilla) ce qui m'a donné envie de croquer dedans!

Le mille-feuille
Le mille-feuille

Au niveau gustatif, je n'ai rien à reprocher au mille-ville non plus. Je n'aie jamais mangé un mille-feuille qui rivalise avec celui que j'ai acheté chez Cyril Lignac. Ce dernier a éclaté en bouche: la pâte feuillté hyper croustillante, la crème vanille veloutée (qui ressemblait presque à la glace), la crème chantilly légère. Quelle tuerie! Ni trop surcé, ni trop écourant, ni trop lourd, ce mille-feuille a été un succès indiscutable. Et comme j'ai déjà expliqué, il a généré une vague de souvenirs gais du passé.

Le mille-feuille
Le mille-feuille

Passons alors à l'étape cruciale, cest-à-dire la notation. Suite à une évaluation aussi positive, est-il surprennant que j'attribue 5 sur 5 au mille-feuille? En fait, je trouve que celui-ci surpasse tout ce que j'ai mangé jusqu'ici, y compris l'éclair à la vanilla et le saint-honoré.

Cyril LignacCyril Lignac
Cyril Lignac

Cyril Lignac

Notation: 5/5

Prix: 5 €

Pâtisserie: La Pâtisserie Cyril Lignac24 Rue Paul Bert, 75011 Paris, France

Le mille-feuille

L'histoire du mille-feuille

Ayant décrit le mille-feuille pour la première fois dans son livre « Cuisiner François » (1651), François Pierre de La Varenne aurait été l’inventeur de celui-là. C’est Marie-Antoine Carême, cependant, qui aurait perfectionné le mille-feuille. Par ailleurs, ce n’est qu’en 1867 que ce dernier a pris de l’essor grâce au célèbre pâtissier Aldophe Seugnot qui l’a proposé comme spécialité dans sa boutique alors située dans 28, rue du Bac, Paris.

Le mille-feuille

Nombreux sont les sujets controversés entourant le nom du mille-feuille. Dans un premier temps, le nom français ferait référence au nombre de feuillets de pâte. Toutefois, le nombre de feuillets varie beaucoup en fonction de la recette concernée. A titre d’exemple, en six étapes de pliage en trois, on compte 729 paires de feuillets alors qu’avec la recette d’André Guillot (consistant d’un pliage en deux) on en compte 2048 paires ! Dans un deuxièmement temps, le mille-feuille ne porte pas le même nom partout. Dans de nombreux pays anglophones ainsi que nordiques, on parle du « Napoléon ». Cela ferait référence à la ville de Naples qui a été citée comme la ville d’origine du mille-feuille. Finalement, l’orthographe du mille-feuille est beaucoup contestée. Alors que certaines institutions adoptent un trait d’union (ex : Larousse, Jouette), d’autres ne l’adoptent pas (ex : Le Robert, l’Académie). Traditionnellement, le mille-feuille se compose de trois couches de pâte feuilletée séparées de deux couches de crème pâtissière et recouvertes de sucre glace ou de fondant.

Le mille-feuilleLe mille-feuille

Traditionnellement, le mille-feuille se compose de trois couches de pâte feuilletée séparées de deux couches de crème pâtissière et recouvertes de sucre glace ou de fondant.

Julian Alvarez, champion du monde de pâtisserie

Julian Alvarez, champion du monde de pâtisserie

Comment on this post