Les macarons

Published on by Robert Greene

Les macarons

~~Ce week-end c'était le tour des macarons. Petit gâteau arrondi à la base de meringue et fourré à la ganache (ou autre garniture, telle que la confiture), le macaron pourrait paraître simple à priori. Mais, la fabrication de ledit gâteau est loin d'être bête comme chou. En effet, elle constitue un vrai art. De plus, telle est la variété de parfums des macarons que ceux-ci proposent une infinité de découvertes sensuelles.

C'est grâce au copain de ma cousine que j'ai eu la chance de déguster ce grand classique de la pâtisserie française. Lui, il a invité ma cousine et moi chez Gérard Mulot, ayant déjà testé les macarons de celui-ci. Il nous a offert trois macarons chacun - quelle générosité! Moi, j'ai pris un noix de coco, un nougat et enfin, un caramel beurre salé. En gros, les macarons les plus sucrés!

Les macarons
Les macarons

Commencons par le macaron à la noix de coco. Ce dernier a été le moins appétissant des trois. Alors que la noix de coco rapée a apporté du croustillant, la ganache au chocolat blanc (c'est-à-dire la raison pour laquelle j'ai choisi ce macaron) a été très fade et un peu ferme. Moi, je m'attendais à une coeur sucrée et fondante et donc il n'est pas étonnant que j'ai été assez déçu. Je lui attribue 2,5 sur 5.

Les macarons

Passons au macaron au nougat. Visuellement, celui-ci m'a interpellé tout de suite. On dirait un morceau de nougat façonné en forme de macaron. En plus, le goût et la texture de nougat ont été bien présents. Il a eu une belle mâche - comme le nougat lui-même - ce que j'ai beaucoup apprécié. Du coup, je lui attribue 4 sur 5.

Les macarons
Les macarons

Finissons par le macaron au caramel beurre salé. Celui-ci a été une tuerie absolue. Visuellement, les petites paillettes lui a rendu très mignon. Quant à la dégustation, le macaron au caramel beurre salé a éclaté en bouche. Il a offert un parfait accord à la fois en termes de textures (entre le côté croustillant de la coque et le côté vélouté de la crème) et en termes de saveurs (entre le côté sucré-salé). Par conséquent, je lui accorde 4,5 sur 5.

Les macarons
Les macarons

Prix : 16 € la boîte de 9 macarons, soit à peu près 1 € 80 le macaron

Pâtisserie : Gérard Mulot, 93 Rue de la Glacière, 75013 Paris

Les macaronsLes macarons
Les macarons

L'histoire de la maison de Gérard Mulot

À l'âge de 14 ans, Gérard Mulot s'est lancé un grand défi : devenir pâtissier. Il a démenagé à Paris où il a commencé un apprentissage de pâtisserie. Selon Mulot, c'est la gourmandise qui l'a poussé à prendre cette décision. Il a commencé son apprentissage en tant que commis (un emploi qu'il a obtenu grâce à son oncle) et après de nombreux ans de travail dans des boulangeries différentes il a appris petit à petit la haute couture de la pâtisserie. Il a fini par travailler chez Dalloyou avant d'ouvrir sa prope boutique en 1975 à Saint Germain des Près. Au début, il faisait ses chocolats dans son propre appartement. Aujourd'hui, sa boutique est connue comme l'une des boutiques les plus préstigieuses de Paris, notamment grâce à la qualité supérieure de ses produits, à sa capacité créative et artistique hallucinante, et à son rapport convivial avec les clients

Les macarons
Les macarons

Notre aventure ne finit pas par là car en rentrant je suis tombé sur la maison incontournable des macarons : Ladurée. Ayant dégusté les macarons de Mulot, j'ai eu envie de tester ceux de Ladurée et de faire une petite comparaison entre les deux maisons. Comme chez Gérard Mulot, j'ai pris trois macarons chez Ladurée, à savoir le citron, la pétale de rose et la fraise guimauve. J'ai été moins séduit par le choix de parfums chez Ladurée que chez Gérard Mulot et j'ai été aussi étonné par l'affichage expliquant que les produits avaient déjà été congelés! Je m'attendais à ce qu'ils soient faits sur place.

Les macarons

D'abord, considérons le macaron au citron. Au niveau de l'odorat, le macaron a été bien parfumé. En revanche, j'ai trouvé le goût de citron très subtil. Bien que le macaron ait été sucré, il a manqué le coup d'acidité que le citron est censé apporter. Du coup, je lui donne 3 sur 5.

Les macarons
Les macarons

Le deuxième macaron à être déguster était le macaron à la pétale de rose. Celui-ci a été sans aucun doute le meilleur de ceux que j'ai procurés chez Ladurée. Jolie odeur, crème fondante, coque croquante et légèrement sucrée; ce macaron m'a vraiment plu. Je lui attribue 4 sur 5.

Les macarons

Enfin, évaluons le macaron fraise-guimauve. Visuellement, ce macaron a été le plus attirant de tous les macarons. Les petits grains de sucre étincelaient contre la coque rose. Par ailleurs, on voyait bien la guimauve au milieu. Quant à la dégustation, le macaron a été sympa mais sans plus. Même s'il a eu une jolie mâche comme le macaron au nougat, je pense qu'il manquait un peu de sucre. Je lui accorde 3,5 sur 5.

Les macarons
Les macarons

Prix : 1 € 90 le macaron

Pâtisserie : Ladurée, 21 Rue Bonaparte, 75006 Paris, France

Les macarons

L'histoire de Ladurée

Ladurée a été fondée en 1863 par le meunier et l'écrivain Louis-Ernest Ladurée. La pâtisserie a été incendiée en 1871 avant d'être reconstruite dans le même endroit (à savoir rue Royale). C'est à partir de 1930 que la maison a pris de l'essor grâce à l'intuition du peti-fils de Ladurée, Pierre Desfontaines. Celui-ci a eu un déclic : accoler deux coques de macaron avec de la ganache. Desfontaines a aussi ouvert un salon de thé au grand plaisir des femmes qui n'avaient pas le droit de rentrer dans les cafés à l'époque. En 1993, la pâtisserie a été acquise par le Groupe Holder qui a créé une veritable marque «Ladurée» en ouvrant une multitude de boutiques de marque Ladurée et au niveau national (plus précisémment à Paris) et au niveau international (ex : la Suisse, le Japon, l'Irlande, les Etats-Unis). Aujourd'hui, environ 15,000 macarons de marque Ladurée sont vendus chaque jour!

Les macarons

L'histoire des macarons

Les macarons doivent leur origine à l'Italie où le mot macarone, maccarone ou maccherone signifie la meringue. Cependant, les détails concernant l'apparition du macaron restent assez flous car de nombreuses ressouces historiques font référence à des macarons qui désignaient deux produits différents : un gâteau et un potage. Auparavant, le gâteau se mangeait seul, comme un biscuit, sans deux coques et de la garniture (tel qu'il est reconnu aujourd'hui). Alors que certaines personnes croient que le macaron a été conçu dans un couvent près de Cormey (Larousse gastronomique), d'autres pensent que Catherine de Médicis a apporté la recette d'Italie en 1533 quand elle a épousé Henri II. En 1830, les coques ont été accolées pour la première fois avec de la confiture. À la fin de la XIXème siècle le macaron parisien est né, c'est-à-dire un macaron à deux coques entre lesquelles on insère une crème au beurre ou de la confiture. C'est la maison Ladurée qui les a teint pour la première fois afin d'indiquer leurs parfums respectifs. Aujourd'hui les macarons se trouve partout dans le monde. On peut les même acheter chez McCafé où les macarons sont fabriqués par le Château Blanc (une autre filiaire du Groupe Holder, voir ci-dessus).

Jacqueline Mercotte

Jacqueline Mercotte

Comment on this post